Qui sommes nous?

Nous avons créé ce Club entre amis unis par la même passion : la moto vraiment ancienne.

Pourquoi parallélogramme ? Cette caractéristique de construction de la fourche avant (dite fourche à parallélogrammes) est propre aux motocyclettes de l’époque qui nous intéresse et que nous souhaitons faire rouler dans de bonnes conditions, en compagnie de mécaniques équivalentes.

Nous avons en effet souvent participé à différents rallyes des motos anciennes mais où nous roulions en compagnie de machines plus récentes, plus fiables, plus rapides surtout. Et nous constations de ce fait que les propriétaires de motos des années 20, 30, 40 avaient de moins en moins envie de rouler avec elles pour ces sorties.

Aussi, depuis quelque temps, notre groupe d’amis s’est mis à organiser de façon informelle et avec succès, différentes sorties de une, puis de plusieurs journées, et il est apparu évident que ces balades, avec des machines partageant les caractéristiques communes liées à leur grand âge, permettaient enfin à leurs pilotes de pouvoir les utiliser sereinement, sans être obligés de suivre des rythmes inappropriés. L’expérience a montré qu’en les conduisant avec respect, à un rythme qui leur est adapté, ces motos permettaient de parcourir comme autrefois de très longs trajets sans problème et avec un plaisir réel.

Cette initiative ayant été reçue avec un enthousiasme évident, nous avons décidé de sauter le pas et les statuts ont été déposés

 

Jean-Paul, l'apôtre de la parallélogramme, l'antéchrist du modernisme, l'homme du passé, égaré dans ce 21ème siècle. Il est celui dont l'idée de création de l'amicale, fermentait depuis le plus longtemps dans la tête. 

Christian, le sage, l'avisé et le travailleur infatigable. En fait, le seul personnage sensé du quatuor. Il sait tout faire, sauf faire marcher ses motos...

Christian, l'autre, celui venu du pays des Gillet, pas celles de Léon, celles de René, est aussi rustique  que ces machines. A l'origine avec Jean-Paul de la création de l'amicale, son seul regret, est que les journées ne fassent pas 26 heures pour pouvoir rouler davantage encore. 

Loulou, le sous doué de l'informatique pourtant à ce poste, aura à cumuler au moins 300 ans de prison le jour où la mauvaise foi sera punie à sa juste valeur.